mardi 14 juillet 2020

L'air si jeune...

J'ai quand même l'air très jeune... surtout entre le bas du ventre et le haut des cuisses 😀


Mes livres sont ici :
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html
et :
https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?
_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

lundi 13 juillet 2020

Ashley - 18 Un peu de shopping


Les belles esclaves s’en vont. Elles sont remplacées par les "pom-pom girls" que j’ai vues à l’entraînement. Elles se sont bien améliorées en deux jours... Le fouet doit y être pour quelque chose. La fille qui nous a placées vient donner à Summer une tablette en disant :
— De la part de Monsieur Boizano, Mademoiselle Summer.
Et moi ? Heureusement, Summer me la donne et m’explique le fonctionnement :
— Pour acheter une fille ou enchérir, tu tapes son numéro, puis tu tapes une somme, puis OK. T’as compris ?
— Je crois...
J’ai pas bien l’habitude de ces machins.
Il y a du soleil et pas mal de lumières, mais des projecteurs s’allument et éclairent un homme qui arrive sur scène. C’est un homme grand et bien en chair avec des cheveux très noirs. Sur l’écran géant au-dessus de lui, je vois que ses cheveux doivent être teints et qu’il est très maquillé. Summer me dit :
— C’est celui qui présente les élections de Miss USA et Miss Univers.
L’homme est un pro. Il dit :
— Bonsoir chers amis. La Société Slave Trading International et moi-même vous souhaitons la bienvenue. Vous allez être les premiers à acheter officiellement une esclave. Certains disent que l’esclavage est un retour vers le passé. C’est vrai, mais pourquoi ne pas s’inspirer de ce qu’il y avait de positif dans le passé ? Je vais vous donner un exemple. Il crie :
— Les filles !
Aussitôt, deux filles nues arrivent sur scène en portant un lourd fauteuil. Il s’assied, tandis que les filles se mettent à genoux devant lui, puis posent leurs bouches sur le bout de ses pieds. De cette façon, on est sûrs que ce sont des filles : on voit très bien leurs chattes roses. Surtout sur l’écran géant. Les spectateurs applaudissent. Le présentateur dit :
— Apéritif !
Aussitôt, elles se lèvent et courent dans les coulisses. Il ne leur faut que quelques minutes avant de revenir avec un plateau sur lequel se trouve une bouteille, un verre, des chips... La fille qui tient le plateau, se met à genoux et tend le plateau pour qu’il soit à portée de main de son maître. L’autre fille remplit le verre et le lui tend. Il prend le verre et de l’autre main, il indique le sol devant lui. Aussitôt, elle se met à quatre pattes et il pose ses pieds sur les reins de la fille en disant :
— On n’est pas bien là, après une journée de travail, à la fraîche avec deux esclaves ne cherchant qu’à satisfaire vos moindres désirs ? Car sinon... voici ce qui risque de se passer.
Il pousse du pied la fille "repose-pieds" en criant :
— Fouet !
La fille se lève et court dans les coulisses. Elle revient avec un fouet, se met à genoux et tend le fouet, tête baissée. Il le prend en disant :
— Position !
La fille se remet à quatre pattes devant lui, puis posant son front sur ses mains qui sont sur le sol, elle offre son postérieur à l’injuste punition, puisqu’elle n’a rien fait... Je regarde Summer, elle soupire et dit :
— Oui, c’est injuste, Ashley !
Le présentateur s’est bien exercé, parce que, malgré son arthrose (c’est une supposition) il est très habile et depuis son fauteuil, les lanières de son fouet viennent claquer une dizaine de fois sur les fesses de l’esclave. Sur l’écran géant, on voit les fesses se marquer de lignes rouges et le visage de l'esclave en pleurs. Les spectateurs applaudissent et comptent les coups. Ils ne sont pas gentils, hein ? C'est vrai, mais, c’est une esclave... Quand il a fini, la fille vient le remercier et lui embrasse les mains en pleurant. Le présentateur dit :
— Voilà, la vie avec des esclaves... Maintenant, la vente va commencer.
Il s’en va, sous les applaudissements, avec ses deux esclaves qui traînent le fauteuil.
Des hommes amènent une sorte de pupitre, comme ceux qui servent aux hommes politiques pour faire des discours, parfois mensongers, à ce qu’il paraît. Sur le dessus du pupitre, il y a un micro et un ordinateur. Un homme d'une cinquantaine d'années arrive et s’installe derrière le pupitre. Il dit :
— Bonjour, je m’appelle Max Salerno et je suis commissaire-priseur. Nous allons procéder à la vente de 50 filles. Elles sont toutes saines, marquées et éduquées. Je vais vous parler du marquage.
Un garde fait claquer son fouet. Aussitôt, une fille nue arrive sur la scène. Le commissaire-priseur poursuit :
— Les filles portent un collier avec un œillet, de façon à les attacher ou à les tenir en laisse.
On voit le collier sur l’écran. Il continue :
— Ce collier porte le numéro matricule de l’esclave. Ce numéro est aussi marqué sous le pied gauche des esclaves.
La fille se couche sur le dos, ses pieds vers nous. On regarde tous l’écran géant : sur la plante du pied, il y a une série de lettres et de chiffres. Le commissaire explique :
— Il s’agit du numéro de matricule des filles, brûlé au fer rouge comme avant, quand on marquait le cul du bétail.


 Rires parmi les spectateurs. Je pense qu’elles ont dû souffrir, les pauvres. D’accord, ce sont des esclaves, mais quand même. Le commissaire poursuit :
— Il y a une deuxième marque au fer rouge sur les filles.
La fille se lève et il indique le haut de sa cuisse. Je vois sur le grand écran SP entourée de chaînes. Les lettres sont grandes, fines, très élégantes, je dirais faites par un artiste.. Il explique :
— Les initiales SP, sont celles de Slave Paradise. C’est une garantie de qualité que les filles sont très fières de porter.
Ça, ça m’étonnerait... Il retourne derrière son pupitre et poursuit :
— Une fille qui a ces deux marques est définitivement une esclave ! Bien, je vais procéder à la vente de la première esclave.
Un garde arrive sur la scène. Trois filles arrivent sur la scène.


 

À part le collier, elles sont  aussi nues que moi sous la douche. Elles se mettent dans la position de l’esclave qui attend les ordres : cambrée, les jambes écartées, les mains dans la nuque. Max Salerno présente la première fille :
— Cette superbe fille est une vraie blonde. Elle a été élue miss New Hampshire, mais elle a été arrêtée alors qu’elle conduisait une voiture avec 0,9 gramme d’alcool dans le sang. De plus, elle milite dans un parti interdit. Le tribunal l’a condamnée à 10 ans d’esclavage à condition de ne plus avoir de condamnation. Elle est en bonne santé et son anus est vierge. Vous allez pouvoir la détailler sur les écrans géants.
Le garde qui est devant elle fait claquer son fouet et dit :
— Position 2 !
Elle se met à 4 pattes, le nez touchant le sol. Un coup d’œil sur les écrans géant et elle n’a plus de secret pour personne : on voit sa chatte qui fait la moue, on le ferait à moins. Son anus un peu plus foncé nous fixe, il n’a pas l’air très à l’aise. On le comprend aussi. Il risque de bientôt se prendre 20 cm de bite dure. Restera plus vierge longtemps, le petit bougre !
Clac !
— Position 3, de face.
Elle saute sur place. Ses seins montent et descendent. Cris de joie de la foule !
Clac !
— Position 3, de dos.
Elle se retourne et saute à nouveau. Là, ce sont ses fesses qui dansent ! Elle saute pendant plusieurs minutes. Enfin, le garde crie :
— Stop !
Max Salerno commence la vente. Il dit :
— Mise à prix 5.000 $. Qui dit mieux ?
Bêtement, je crie :
— Moi.
Tout le monde me regarde et le pire, c’est qu’on voit mon visage qui devient rouge sur l’écran. Max Salerno me dit :
— Utilisez votre tablette, ma petite demoiselle.
Summer me prend la tablette des mains. D’autres gens enchérissent. Summer me montre comment faire. J'écris 5.750 $. Max Salerno dit :
— 5.750 $ pour la petite demoiselle toute rouge qui est à sa première vente aux enchères, manifestement.
Aussitôt, un acheteur propose 6.000 $, puis un autre 6.250 $.
La Miss finit par être adjugée à 12.500 $, ça dépasse mon budget ! Un garde vient attacher une laisse à son collier et la conduit dans un enclos où son nouveau maître pourra la récupérer. Max Salerno regarde sa tablette et dit :
— Le propriétaire de Miss New Hampshire nous signale qu’elle sera à la disposition de tous au Moonlight Inn de Las Vegas.
Il fait sa pub, le gars. N’empêche, ça donne envie d’y aller... Summer me dit :
— Tu t’es bien fait remarquer !
— Mais, euh... je pensais...
— Évite de penser, ça ne te réussit pas.
Ça, c’est Summer ! M’en fous, je penserai plus, je parlerai plus, je.... Elle reçoit un SMS et elle me dit :
— On peut monter jusqu’à 7.500 $
Super ! Je décide de penser et de parler à nouveau ! Deux autres filles blanches se vendent très cher à des acheteurs noirs. Ben oui, normal qu’ils aient envie d’esclaves blanches... Par contre, une jolie Noire est achetée par des Blancs. Une métisse arrive sur le devant de la scène. Summer me dit :
— Les métisses se vendent moins cher
— Pourtant cette fille est super belle.
— Oui, mais tu as vu que les acheteurs noirs achètent des blanches. Via le Net, il y a des acheteurs des pays d’Afrique et des Émirats.
Ça me dépasse un peu. La métisse est belle avec un petit nez, une bouche appétissante, des seins en poires et surtout de belles fesses... ce qui est important si on est obligé de la punir. J’enchéris deux fois, bêtement, je le fais trop vite, et enchéris sur moi. Max Salerno s’adresse directement à Summer dont le visage apparaît sur l’écran. Il lui dit :
— Mademoiselle avec le tee-shirt "Virgin Suicide", ne laissez pas votre petite sœur jouer avec la tablette.
Je donne vite la tablette à Summer, puis je vais me cacher dans un trou de souris. Je m’en fous de leur vente ! Quelques minutes plus tard, Summer me dit :
— On l’a.
— On a quoi ?
— La métisse...
Bon je sors de mon trou. Elle me dit :
— Dis-moi celles qui te plaisent.
Oui, c’est mieux comme ça... parce qu’elles déconnent, leurs tablettes ! Je choisis encore deux filles, mais elles sont vendues vraiment trop cher. La troisième que je choisis, on l’a pour 6.250 $. C’est une jolie brune, sans doute hispanique, moins recherchée aussi. Les gens ne savent pas ce qui est beau ! Il faut une bonne heure avant que toutes les filles soient vendues. Max Salerno annonce :
— Mesdames et Messieurs, vous pouvez venir payer et retirer vos achats. Prochaine vente demain à 14 heures.
On se dirige vers l’enclos des 50 filles. Elles sont collées les unes aux autres. Il y a des gardes qu’on connaît et Max Salerno est là, aussi. Summer me dit :
— Va t’excuser auprès de lui.
Ça, jamais ! Qu’il aille se faire foutre et elle aussi. Elle me pince méchamment le bras et je vais près de lui en bredouillant :
— Pardon pour tout à l’heure. Je n’ai pas l’habitude et...
Oh ! Il me prend par la taille et me dit :
— C’est pas grave, petite. Tu sais que si je devais te vendre, on ferait un carton !
— Euh... oui, c’est gentil, mais je ne suis pas une esclave.
Sa main descend sur mes fesses tandis qu’il répond :
— Pas encore.
Là, je panique ! Mais, il se met à rire et il dit :
— Je te charrie. Sam croit beaucoup en toi.
— Vous êtes un de ses amis ?
— Son beau-frère et je connais bien Summer, ta grande sœur.
Ils se sont bien foutus de moi de nouveau. Un garde vient me tendre deux laisses avec les deux filles à l’autre bout. Je dis à Summer :
— On peut les garder un peu ?
— Tu sais bien que non, elles iront directement au studio... mais on va faire des photos. Ensuite, tu as ton texte à apprendre.
Ah, oui, c’est vrai. Le photographe arrive. Il me photographie avec les filles en laisse... Summer me dit :
— Assieds-toi, les filles vont t’embrasser les pieds.
Elle leur dit :
— Vous avez entendu ?
Les achats, en chœur :
— Oui Maîtresse.
Aussitôt, elles se mettent à genoux, enlèvent mes sandales et couvrent mes pieds de baisers. C’est mignon... Ensuite, je dois marcher avec les deux esclaves à quatre pattes au bout de leurs laisses. Oh ! On nous voit sur l’écran géant, mais cette fois-ci, ça me fait plaisir. Quelques photos plus tard, Summer dit au photographe :
— On doit y aller, la petite a du texte à apprendre pour demain.
Mais pourquoi tout le monde me traite comme si j’étais une gamine ? Oui, bon, peut-être que je n’ai pas une conduite très... mature.
Je n’ai que deux pages à apprendre pour demain. Summer me dit :
— On va aller répéter sur la plage. Là, c’est plus facile de te punir si tu te concentres pas.
Et allez, encore une fois, on dirait que je suis une gamine !
On va sur la plage  qui est à côté. Ils ont fait une partie naturiste. C’est là qu’on va... Il y a un couple qui flirte dans un coin et un groupe de jeunes assez loin. Beaucoup de gens sont à la vente et si ça se trouve, il y a encore des attractions qu’on rate ! J’enlève ma robe et mes sandales, c’est tout ce que j’ai sur moi. J’aime être nue dans la nature, ou, plus exactement, j’aime être nue tout court. Summer enlève son jean puis son tee-shirt... Je vois apparaître ses tatouages et les poils noirs et brillants de ses aisselles. Le buisson de sa chatte m’attire terriblement. Elle me dit :
— Quoi ? J’ai du noir sur le nez ?
— Non, tu me plais et...
— Et tu vas apprendre ton texte... Lis tes deux pages et puis relis-les et recommence. Moi je vais nager. Ah, Ashley...
— Oui ?
— Tu vois ces bambous ?
— Euh... oui...
— Quand je reviens, si tu ne connais pas les 3/4 du texte, je vais en couper un. Tu sais pourquoi ?
— Oui, mais je vais me concentrer et apprendre et...
Elle part vers la mer.

A suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

 

Les tomes 1 à 5 de "Mia sans dessous" sont ici :
http://www.lamusardine.com/P31501-mia-sans-dessous-4-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes livres non illustrés, ici : https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0 …


Derrière le comptoir....

"Glory hole" suite : l'envers du décor.


Mes livres sont ici :
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html
et :
https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

dimanche 12 juillet 2020

Potager...


Il est temps d'aller m'occuper de mes légumes...
***
Mes livres sont ici :
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html
et :
https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

samedi 11 juillet 2020

Maid in Japan


Dessin de Bruce Morgan pour le nouvel épisode de mon histoire "Maid in Japan".
Si vous désirez le lire : www.miasansdessous.com

vendredi 10 juillet 2020

Fille modèle

Mia, une fille modèle.
Photo Thanos. https://twitter.com/Thangr66


Libre...


Libérééééée.... délivrééééée....(voir photos précédentes)
***
Mes livres sont ici :
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html
et :
https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

jeudi 9 juillet 2020

Un grand-père lubrique...


Mais non, ce n'est pas le pépé de la fille ou alors je ne me souviens plus bien de ce que j'ai écrit 😀 Il faut me lire pour le savoir.
Dessin de Bruce Morgan. Il y a des centaines de dessins de lui dans dans les 5 Mia et Samia.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

mercredi 8 juillet 2020

Briser les chaînes...


Faites comme moi : déchaînez-vous ! 😀
***
Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins.
mia.michael@hotmail.fr

mardi 7 juillet 2020

Dessins originaux de Bruce Morgan


Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous". Il vend ses dessins originaux, signés. Tous
renseignements : brucemorgan@hotmail.fr
Les dessins sont ici : www.leslivresdemia.blogspot.be ben oui, ici, quoi.

lundi 6 juillet 2020

Chaînes.


Un vêtement, même en chaînes, c'est chaud. Je vais l'enlever, vous verrez ça après demain.
***
Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins.
mia.michael@hotmail.fr

dimanche 5 juillet 2020

Pony girl

Stop à la pollution ! Pour vous déplacer louez une pony girl.




Dessin de Bruce Morgan. Il y a des centaines de dessins de lui dans dans les 5 Mia et Samia.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

Vive les vacances....

Houraaaah ! C'est les vacances... sauf que j'ai pas de bateau et qu'il n'y a pas de soleil chez moi.


Photo Thanos. https://twitter.com/Thangr66

samedi 4 juillet 2020

Chasteté.


Ces chaînes c'est pour protéger ta vertu ?
- Hélas, oui. Mon Seigneur et Maître est parti aux croisades :o))
***
Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins.
mia.michael@hotmail.fr

Chasteté


Ces chaînes c'est pour protéger ta vertu ?
- Hélas, oui. Mon Seigneur et Maître est partis aux croisades :o))
***
Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr

vendredi 3 juillet 2020

PIPI !!

Chaînes ou pas, quand je dois faire pipi, il arrive un moment où je ne sais plus me retenir !


Photo Thanos. https://twitter.com/Thangr66

Dessin de Bruce Morgan


Dessin de Bruce Morgan. Il y a des centaines de dessins de lui dans dans les 5 Mia et Samia.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

jeudi 2 juillet 2020

Un petit maillot.

Un petit bikini en chaîne, c'est classe...


Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr

mercredi 1 juillet 2020

La mer...

Enfin, on peut revoir la Mer...



Photo Thanos. https://twitter.com/Thangr66

Bruce Morgan


Dessin de Bruce Morgan. Il y a des centaines de dessins de lui dans dans les 5 Mia et Samia.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

mardi 30 juin 2020

Ashley - 17 S comme esclave


Il ne faudrait pas croire que j'aime quand Summer me traite comme une gamine, mais... par moment, il me faut quelqu'un de ferme. Je suis bien ici avec elle, je suis rassurée. La seule chose qui me dérange un peu, c'est la chaleur, étant donné que Summer est contre l'air conditionné... Elle me dit :
— Tu as encore faim ?
— Non, pas pour le moment
— OK, on va faire des courses...
On va à Berverly Hills, là où les stars ont leur villa. Je voudrais bien les voir mais je n'ose pas le dire à Summer. Ensuite, on va à Rodeo Drive. C'est l'avenue des magasins de luxe. J'achète un short très court et très cher. C'est Sam qui paie. J'achète aussi deux robes et deux maillots... Summer achète un pantalon en cuir ou en vinyle, je ne sais pas. Elle achète tout avec "ma" carte !
Quand on a fini les courses, on va à Venice et on se balade en maillot... Le soir, on mange avec ses amis. Il n'y en a que deux, les autres travaillent pour l'inauguration du Slave Paradise. Je n'ai pas trop envie de faire la fête, d'autant que Summer me rationne : je n'ai droit qu'à deux bières.
On rentre tôt... Avant de dormir, elle me laisse filer entre ses cuisses pour lui dire bonne nuit.

 

J'aime son odeur et son goût... sauvage. Quand elle a joui, je remonte dans le lit et je me colle à elle, mais j'ai droit à un :
— Colle pas, fait trop chaud !
Ben, oui, il suffirait de mettre l'air-co !
***
C'est l'ouverture du "Slave Paradise" aujourd'hui. J'apprends mes cinq pages de textes en une heure au lieu de deux. J'ai de la mémoire, mais il faut que je sois motivée... Je viens à peine de réciter le texte à Summer quand son téléphone sonne. Elle regarde sur l'écran qui l'appelle et dit :
— Bonjour Monsieur Sam.
— ...
— Oui, on est dans un motel, près du studio.
— ...
— D'accord, on arrive.
Elle coupe et me dit :
— On doit passer voir Monsieur Sam.
— Mais l'inauguration....
Gros soupir de Summer, qui me dit :
— Les rendez-vous avec Monsieur Sam sont rapides. Mets une robe.
Moi qui voulais mettre mon mini short ! Je m'habille, on prend la voiture et on part. J'essaie bien de lui demander pourquoi il doit nous voir, mais elle n'en sait rien et je dois arrêter de l'énerver ! On roule vers le sud pendant 20 minutes au moins, avant de s'arrêter devant un immense golf. On entre et une jeune femme vient à notre rencontre en disant :
— Mademoiselle Summer ?
— Oui.
— Veuillez me suivre.
Elle nous conduit sur une grande terrasse qui surplombe le golf. Elle nous dit :
— Monsieur Boizano a presque fini. Puis-je vous servir quelque chose ?
Summer demande un daiquiri pour elle et un Fanta pour moi. Merde ! Je m'en fous de son Fanta. Mais bon, Monsieur Sam lui a dit de contrôler ma consommation d'alcool.
Il arrive bientôt, un peu rouge d'avoir joué sous le soleil. On se lève toutes les deux. Il dit :
— Asseyez-vous les filles. Je vais vous expliquer en quelques mots, parce que je suis pressé. Il y a un problème de droits avec le film et évidemment, ils le disent au dernier moment. Le film ne se fera pas.
Je m'écrie :
— Oh, noooon ! Je connais cinq pages par cœur.
Ils me regardent tous les deux, agacés. Summer me dit :
— Va voir si j'ai bien fermé la voiture !
— Mais...
— Je dois répéter ?
— Nooon...
Je me lève et je quitte la terrasse. Je m'en fous de leur film d'ailleurs, je vais... aller jusqu'à la voiture. Elle est restée ouverte, mais je n'ai pas la clé pour fermer et puis je sais bien que c'est un prétexte. Je retourne sur la terrasse, Summer est seule et termine son verre. Je lui dis :
— Alors, c'est quoi ces conneries de...
— D'abord, quand je parle avec quelqu'un, tu n'interviens pas. !
— Oui Summer, pardon, mais je...
— Ferme-la, Ashley ! Je ne le répéterai pas ! Le film ne se fait pas. Comme tout est prévu pour demain, ils ont un autre projet pour toi. Tu vas être Cléopâtre.
— Mais... euh... quoi ??
— Je disais, tu seras Cléopâtre. Il y a des décors qui viennent de servir pour un film sur Aménophis IV et tu n'as que 2 pages à apprendre...
Elle attend... J'ai retenu la leçon, je ne dis rien. Elle continue :
— Ce sera sexy pour la version grand public et nettement plus pour la vidéo et le Net... Et puis, je te rappelle qu'à l'époque de Cléopâtre, il y avait déjà des esclaves... Il y aura des vraies esclaves dans le film.
Elle fait une pause... Je me tais, bien que j'ai mille questions à lui poser. Elle poursuit :
— Bien, tu apprends à te taire... Alors, ce qui va te plaire, c'est qu'on peut acheter deux esclaves cet après-midi, pour le film.
J'ai envie de dire "yiiiipppiiiee" ! Mais il paraît que je ne peux plus parler. Je baisse les yeux et je ne dis rien. Elle rit et ajoute :
— T'es vraiment une gamine. J'ai fini, vas-y, parle.
— Et on pourra les garder, les esclaves ?
— Non, elles iront au studio. D'ailleurs, je n'ai pas envie de m'encombrer de deux esclaves. Si j'ai envie que quelqu'un me lave une culotte ou me masse les pieds, il y a toi.
Elle rit... Je ne sais pas comment je dois le prendre ! Je serai bientôt une star et alors je lui dis... euh... Qu'est-ce que tu lui dis,  Ashley ?
— Je ne ressemble pas du tout à Cléopâtre, j'ai un petit nez
— C'est vrai, mais tu es belle et tu as la peau mate. Il y a juste la couleur des cheveux, mais on mettait des perruques à cette époque. Tu devras sans doute retrouver ta couleur naturelle. Et sinon, tu es vicieuse, arriviste et manipulatrice. Tout le portrait de Cléopâtre... D'ailleurs, ce ne sera pas une biographie, mais surtout la période de sa vie où elle était la maîtresse d'Antoine et de Jules César en même temps.
Je ne réponds rien car on arrive en vue du "Slave Paradise". Il va s'agir de la première vente officielle d'esclaves. Avant ça, il y avait des ventes organisées par les shérifs, c'est comme ça que j'ai vu une esclave à Notasulga. Le nouveau président, John D. Birch, a confié la vente des esclaves à Sam Boizano et à sa société. On arrive bien à temps, mais il y a déjà pas mal de monde qui attend devant l'entrée et une file de voitures attend l'ouverture des parkings.
Nous, on ne fait pas la file. On prend un petit sentier jusqu'à une porte dissimulée par des bambous. Summer fait un numéro sur son téléphone et dit :
— Summer Hunter.
La porte s'ouvre. J'aime être avec elle. Un garde vient à notre rencontre. Ils s'embrassent. Puis, en me regardant, il dit :
— Oh la jolie esclave ! Tu vas la vendre ?
Ils rient tous les deux. Ouais, on me l'a déjà faite, celle-là ! Summer répond :
— Elle commence demain le nouveau film de Monsieur Sam. Si elle joue mal, on la vendra.
Le garde me prend contre lui en disant :
— Bonjour future star ou future esclave.
Il m'embrasse sur la bouche tout en mettant sa grande main sur mes fesses. Je lui dis :
— Bas les pattes ! Attentat à la pudeur et voies de fait, ça va vous coûter cher, mon gaillard !
Ou alors je lui rends son baiser et je bouge mes fesses sous sa main. Summer lui dit :
— Elle se conduit déjà comme une esclave !
— On te charrie, petite ! On m'a parlé de toi comme d'une future star et Monsieur Sam a dit à tout le monde que vous veniez choisir deux filles.
Ça, c'est cool. Il donne des pass VIP à Summer en disant :
— Tout est installé dans la clairière. C'est la folie, tu vas voir. Il y aura même une vedette de talk-show pour présenter la vente.
On le remercie et on entre dans le Parc. Summer sait où c'est. On se mêle aux premiers visiteurs et on arrive dans une très grande clairière transformée... en salle de vente ! Il y a des rangées de fauteuils sur des gradins et une scène surmontée d'un très grand écran.. Il y a deux autres écrans géants sur les côtés. Une grande structure transparente sert de toit. Ah ! Ils n'ont pas regardé à la dépense, Sam et sa société !
Une fille mignonne nous conduit dans la partie VIP. Summer embrasse quelques personnes qu’elle connaît. Les gens arrivent et trois quarts des places sont occupés. À 14 h juste, on voit arriver un char, comme en avaient les Égyptiens ou les Romains, sauf que celui-ci n'est pas tiré par des chevaux mais par quatre filles, deux noires et deux blanches. La conductrice a un fouet en main et elle le fait claquer sur les fesses des filles qui galopent à toutes jambes. C'est beau, ces corps couverts de sueur, de poussière et de marques de fouet... Les filles sont attachées à trois pièces de bois et elles ont toutes un mors. Le char fait une fois le tour du stade, puis s'arrête au milieu. La conductrice est une femme dodue d'une quarantaine d'années. On voit son visage sur les écrans géants... Oh ! mais je la connais, c'est Vera Humphrey, la reine des talk-shows. Son émission cartonne. Les gens la reconnaissent et applaudissent, moi aussi. Summer me regarde, amusée. Vera prend un micro, oui, ça ne fait pas très "romain". Elle dit :
— Mesdames, Messieurs, bienvenue au Slave Paradise. Vous allez voir quelques attractions. Ensuite nous procéderons à une vente d'esclaves, toutes munies d'un certificat sanitaire. Vous pourrez vous offrir la servante docile, la compagne de vos rêves ou la vendeuse idéale. Et maintenant, mes pouliches vont refaire un petit tour de piste et les attractions vont suivre. Bon amusement et bons achats.
Elle refait le tour du stade, son fouet claque plusieurs fois sur les croupes des pouliches et elle repart. Après elle, c'est un homme qui se trouve juste au-dessus de nous qui prend la parole. Son visage apparaît sur les écrans. Il dit :
— Mesdames, messieurs, vous allez assister à trois reconstitutions de l'esclavage à travers les âges. Pour commencer, nous voici en 50 avant Jésus Christ, des esclaves gauloises sont emmenées pour être vendues au marché aux esclaves de Rome...
Un cavalier romain arrive sur la piste, il est suivi de deux rangées de filles blondes et nues, attachées les unes aux autres. De chaque côté, des légionnaires les fouettent. Eh ! Mais elles n'ont rien fait de mal ! C'est vrai, mais ce sont des esclaves... Ah, oui, d'accord.
Elles font le tour de la piste. Sur les écrans géants, je guette le moment où les fouets touchent leurs fesses et leurs cuisses. Summer, qui connaît mon intérêt pour... les reconstitutions historiques, me glisse :
— Tu vois, si je t'avais vendue, tu serais parmi ses esclaves.
Même pas possible, je ne suis pas blonde.... enfin si, un peu, mais je vais récupérer ma couleur. Les esclaves romaines repartent. L'animateur annonce :
— Nous allons faire un bond dans le temps, passer de -50 au 16e siècle, voici des esclaves enlevées par les pirates barbaresques et par des trafiquants arabes. Elles vont être vendues au marché aux esclaves d'Alger.
Entre un dromadaire sur lequel se trouve un... Touareg. Derrière lui, il y a deux files d'esclaves de toutes les couleurs, depuis une rousse à la peau blanche comme du lait jusqu'à une Noire couleur ébène, en passant pas des métisses. J'avais déjà remarqué qu'ici, on aimait mélanger les couleurs, comme pour les filles qui devaient faire un numéro de pom-pom girls. Les filles se mettent à genoux sur une rangée, pour qu'on puisse les examiner sur les grands écrans.
 

 
Des touaregs fouettent les filles et ça plaît beaucoup au public qui crie et applaudit.
Ils font un tour et s'en vont. L'animateur dit :
— Plus près de nous, voici une reconstitution datant de la période heureuse de l'esclavage dans le Sud des États-Uunis.
Summer me dit :
— Chez toi.
C'est vrai. Entre un beau cavalier sur un étalon noir. Sur l'écran, je le reconnais : c'est le beau Texan qui m'a tirée dans les chiottes... Euh... je me laisse aller, là... Je reprends : c'est le gentilhomme avec qui j'ai eu un échange intime dans un endroit discret. Faut que j'apprenne à mieux causer, bordel !
Le beau Texan est suivi de deux rangées de filles, toutes Noires. J'aime bien voir leurs belles fesses se crisper sous le fouet ! J'en choisis une que j'achèterai tout à l'heure.

A suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.


Les tomes 1 à 5 de "Mia sans dessous" sont ici :
http://www.lamusardine.com/P31501-mia-sans-dessous-4-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes livres non illustrés, ici : https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0 …


Chaînes...


Où il y a des chaînes, il y a parfois du plaisir...
***
Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr

dimanche 28 juin 2020

Dessin de Bruce Morgan




Dessin de Bruce Morgan. Il y a des centaines de dessins de lui dans dans les 5 Mia et Samia.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

Nouvelle série de photos.

On commence par : un rien m'habille.


Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins.
mia.michael@hotmail.fr

vendredi 26 juin 2020

Nouvelles aventures...

Dernière photo du petit boulot à Tokyo. En route vers de nouvelles aventures...


Lisez-moi : http://www.lamusardine.com/P32760-samia-
fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html
et https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?
_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&sho
ppingPortalEnabled=trueppingPortalEnabled=true

jeudi 25 juin 2020

Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous".



Il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

mercredi 24 juin 2020

Statue....



Accueil des invités ?
- Non, statue vivante pour décorer le jardin... Dur !
***
Lisez-moi : http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html
et https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

mardi 23 juin 2020

Faire la pute.

Vous voulez-voir comme je fais bien la pute ? Lisez ceci :
Mais, que va t'il lui arriver ? Vous le saurez en lisant "Mia sans dessous". Il y a des dizaines de dessins de Bruce Morgan dans chaque volume. Vous allez adorer et ça me fera plaisir que vous pensiez à moi.

http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html 👄👄 mia

lundi 22 juin 2020

Dur, les petits boulots, suite.


Vite, il y a des invités, il ne faut pas qu'ils se mouillent.
- Et moi, je vais être mouillée.
Toi, tu es là pour ça.
***
Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr

Mia de floue à nette.


Photo : merci à mon ami Thanos. https://twitter.com/Thangr66

dimanche 21 juin 2020

Dessin de Bruce Morgan


Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous".
Il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

samedi 20 juin 2020

ça mouille !


- Il pleut, va protéger les invités.
Dur, les petits boulots au Japon.
***
Mes livres non-illustrés sont ici :
https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true
2,99 e en e-book, 6,99 e papier.

vendredi 19 juin 2020

Bruce Morgan


Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous".
Il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

Mia en bocal.


Mise en bocal de mon ami Thanos.
https://twitter.com/Thangr66

Un peu d'inceste....


Dessin de Bruce Morgan, il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

jeudi 18 juin 2020

Petits boulots....


Toc, toc.
- Entrez.
Room service, vous désirez quelque chose ?
***
Mes livres non-illustrés sont ici :
https://www.amazon.fr/l/B01MRVYT44?_encoding=UTF8&redirectedFromKindleDbs=true&rfkd=1&shoppingPortalEnabled=true

mercredi 17 juin 2020

Problèmes...


D'accord, elles ont un problème, mais rassurez-vous,  mes livres se terminent tous par une happy end.
***
Dessin de Bruce Morgan, il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

Tatoo...


Comment vous trouvez mon nouveau tatouage ? Cool, non ?
Photo Thanos. https://twitter.com/Thangr66

mardi 16 juin 2020

Petit boulot, suite...

Petit boulot à Tokyo.
Pppfff... Ma nuit de travail est terminée, je rentre à l'auberge de jeunesse me reposer.


Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr
****

lundi 15 juin 2020

Dessin de Bruce Morgan


Pour savoir ce qui va arriver à cette pauvre fille, lisez "Mia sans dessous".
***
Dessin de Bruce Morgan, il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

Naked in the city.

Souvenir de vacances naturistes en Angleterre. Photo Thanos. https://twitter.com/Thangr66


dimanche 14 juin 2020

Au Japon...

Il est fatiguant ce petit boulot au Japon.


Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr

Mia au bord de la mer du Nord.

Enfin, il fait beau à Ostende.


Photo de mon ami Thanos. https://twitter.com/Thangr66

Ashley - 16 Sur un building, perchés.


Ils discutent de la version érotique du film. Ah ? Ils font deux versions ? Madame Wolf dit à sa chérie :
— Je voudrais voir ce qu'elle vaut dans les scènes de sexe... Est-ce que ça te dirait de la tester ?
Quoi, une esclave va me tester ??? Et pourquoi pas un clochard ? La chérie répond :
— Summer et elle sont aussi négligées l'une que l'autre. Si elles faisaient ça entre elles ?
Là, Summer va lui arracher la gorge avec les dents ! Non ! Elle regarde Sam qui fait "oui" de la tête. J'ai compris : la chérie est la grande patronne des studios et elle se déguise comme ça pour s'amuser. Elle me dit :
— Je dis ça pour ton bien, petite. Je pense que tu as pris une douche ce matin... ou plutôt hier, mais tu devrais mettre du déodorant.
Je vais lui dire... rien ! Comment ça "dégonflée" ? Elle me regarde dans les yeux et... je baisse le regard, oui, vous avez raison "dégonflée". Bon... Summer enlève son jean et son tee-shirt. Elle me dit :
— Déshabille-toi et viens te mettre à genoux devant moi.
... Euh... avec elle, d'accord. J'enlève ma robe et au passage, je renifle mes aisselles. J'ai une légère odeur de transpiration, c'est tout. Quelle garce, cette fille ! Je suis sûre que son but était juste de m'humilier.
Je me mets à genoux devant Summer, le nez dans sa chatte en friche. Les mercenaires, ça ne se rase pas la chatte. Elle a une odeur forte, elle, mais j'aime son odeur. Je me cambre bien pour faire apprécier la minceur de ma taille et la rondeur de mes fesses aux autres, puis je glisse mon visage entre ses cuisses et je lèche sa chatte. J'entends la "chérie" dire :
— Maintenant, lèche-lui le cul.
Encore elle !! Le cul de Summer est mille fois plus appétissant que ta face de singe d'esclave de...
Summer se retourne et se penche en avant tandis que j'écarte ses fesses et que j'enfonce ma langue dans son anus, pour appeler une chatte, une chatte.



Sam nous dit :
— C'est bon les filles, rhabillez vous. Alors, chers amis, vous en pensez quoi ?
Ils sont tous d'accord pour dire que je suis "la" fille qu'il faut pour ce rôle... Dans ces conditions, j'ose interrompre la conversation pour dire à Madame Wolf :
— Dites, Madame, je pourrais vous demander pourquoi c'est cette fille qui me dit ce que je dois faire ?
— Ce n'est pas tes affaires. De plus, quand les grandes personnes parlent, les gamines se taisent.
La chérie me fait un grand sourire. Là, j'en ai marre ! Je me lève en disant :
— Très bien. Je vais me taire ailleurs.
Je me lève et je reprends le sentier qui nous a amenés ici. Summer me suit et me rattrape. Aïe ! Je sens qu'elle va me passer un savon. Alors, je me mets à pleurer. Elle me dit :
— Ashley ! Bordel ! Ils te donnent un rôle en or et toi tu fais des caprices.
— Ils n'ont aucune... bouh... hou... aucune considération pour moi.
— Tu veux une bonne fessée pour te remettre les idées en place ?
— NON !!
— Alors tu vas t'excuser, ensuite, tu te mets près de moi et tu la fermes ! D'accord ?
— Oui....
On retourne près d'eux. Summer dit :
— Ashley a quelque chose à vous dire...
— Je vous prie de m'excuser, je viens d'une petite ville de Georgie et je ne suis pas habituée... à...
La chérie répond :
— On t'excuse, mais n'intervient plus dans la conversation. D'accord ?
Petit coup de coude de Summer... aïe ! Je réponds :
— Oui, Mademoiselle.
Ils se remettent à discuter. Je m'assois et je boude. Je voudrais un minimum de considération et ne plus me faire engueuler par une vraie ou fausse esclave. J'ai enlevé mes chaussures et je regarde mes pieds. Oh ! Y a des fourmis sur le toit de ce building, je les observe. C'est beaucoup plus intéressant que leur discussion... et là j'entends quand même le metteur en scène dire :
— Pour moi, c'est la fille idéale pour le rôle, mais il faudrait quelqu'un pour la surveiller. Summer, ce serait bien.
Madame Wolf est du même avis, elle dit :
— Summer ce serait parfait, même si elle est chère.
Elle la regarde et ajoute :
— Un mois de tournage plus un mois de promo, combien ?
Summer me regarde, réfléchit, puis tape sur son téléphone. Madame Wolf et Sam regardent leurs tablettes. Puis ils se regardent tous les deux. Qu'est-ce qui se passe, on ne parle plus ?? Ils se regardent. Ah, j'ai compris, ils sont télépathes. Oh, après tout je m'en fous de leur petit jeu. J'ai vu un papillon ! Sur le toit de ce building, vous imaginez ?
Ah ! Sam me parle :
— Fais ce que te dira Summer. Vous pouvez y aller, les filles.
On leur dit "au revoir", pas de réponses, ils parlent entre eux. Dorénavant, plus de bisous, ils sont pas assez sympas. On entre dans la forêt tropicale et on reprend l'ascenseur, mais on s'arrête en chemin. Je suis Samia jusqu'à un bureau sur lequel il est écrit «comptabilité». Sur une table, il y a le script « 7 ans de réflexions, remake » et une carte de crédit. Elle prend le tout. Pourquoi c'est elle qui a la carte ? Summer voit tout de suite à ma tête que ça ne me plaît pas, elle me dit :
— Y a un problème Ashley ?
— Non... enfin si, ils auraient pu me donner une avance.
— Monsieur Sam préfère que tu dépendes entièrement de moi. Un genre d'esclave, quoi. Mais moi, je veux une esclave souriante, sinon...
Je lui fais un grand sourire. On reprend l'ascenseur. A nouveau, je vois le vide sous mes pieds. C'est ridicule mais je prends à nouveau la main de Summer. On arrive saines et sauves en bas et on reprend sa voiture. Je lui dis :
— Et maintenant, où qu'on va ?
— Tu veux sans doute dire "où va-t-on ?"
— Où va-t-on, Mademoiselle Summer ?
— On va prendre une chambre près d'ici. Ensuite, tu apprends les cinq premières pages de ton rôle par cœur. Quand c'est fait, on va manger.
— Et si je n'y arrive pas aussi vite ?
— Tu manges pas !
C'est Summer, ça ! Je lui demande encore :
— On fera des courses ?
— Oui, dès que tu connais ton rôle.
C'est une obsession ! Elle entre dans le parking d'un motel, mais rien à voir avec celui où elle logeait dans Watts. Ici, ce sont des bungalows entourés de palmiers et de plantes à fleurs... On se gare et on va au bureau. Une réceptionniste nous regarde d'un air un peu dégoûté. Il faut dire que nos vêtements sont un peu défraîchis. Summer va la secouer ! Non, elle lui dit :
— On voudrait un bungalow à côté de la piscine.
— C'est que...
— C'est Monsieur Sam Boizano qui m'a conseillé de venir ici.
Elle lui tend la carte de crédit. Le nom de Sam plus la carte, c'est magique ! Aussitôt, la fille lui dit :
— Certainement Mademoiselle. J'ai un bungalow juste à côté de la piscine.
Elle prend la carte, la scanne et lui donne la clé, sous forme de carte aussi. Bizarre ! La fille ajoute :
— Si vous voulez aller à la cafeteria, ce sera mis sur la note et si vous avez besoin de quoi que ce soit, n'hésitez pas.
— Merci.
On reprend la voiture et on va se garer devant un bungalow. On a une petite terrasse qui donne sur la piscine. C'est super beau... Seul petit problème, dès qu'on est entrées, Summer coupe l'air conditionné et se déshabille. Elle me dit :
— J'aime pas ça.
Moi, j'aime bien ! Elle me donne cinq feuilles du script en disant :
— Apprends ça.
— Tout ?
Elle me regarde et je dis très vite :
— Je prends à boire et je m'y mets.
Elle tape sur sa tablette et me montre un texte en disant :
— Tu dois au moins savoir de quoi il s'agit.
Je lis :
***
Richard Sherman, un employé dans une maison d'édition spécialisée dans les livres avec des couvertures aguichantes, a accompagné sa femme Helen et son fils Ricky à la gare pour les vacances. Il rentre chez lui et fait la connaissance d'une nouvelle voisine, une jeune femme belle et sexy, qui a emménagé dans l'appartement des voisins du dessus. Elle vient se présenter à lui et il est subjugué par sa beauté. De fil en aiguille, d'un premier rendez-vous au suivant, une relation avec la belle voisine va commencer.
***
Pas mal, ça me plaît. Summer a mis un maillot et elle me dit :
— Je vais nager, étudie.
Oui, mais... heuuu !! Et moi ? Je lis le texte, le relis... J'observe un peu deux mouches pratiquant la sodomie. Elle est déjà de retour et me dit :
— Alors, tu connais ? Récite ton texte !
Je commence les premiers dialogues et je cale. Elle ouvre un tiroir et me donne des feuilles de papier à lettres en disant :
— Copie-le.
Elle repart... ppppffff... je recopie tout... Elle revient 15 minutes plus tard. Je récite le texte et je cale, mais nettement plus loin. C'est quand même mieux, non ? Non, elle me dit :
— Recopie-le.
J'en ai les larmes aux yeux. Je lui dis :
— C'est parce que j'ai trop faim...
— Non, c'est parce que tu ne t'appliques pas. Recopie !
Je recopie tout le texte à nouveau. Quand j'ai presque fini, elle revient avec une énorme glace, avec du chocolat, de la chantilly et des petits parasols. Elle s'assied devant moi et mange bruyamment en m'expliquant à quel point c'est bon. Je lui arracherais bien sa glace... Tout en mangeant, elle me dit :
— Il y a aussi une autre façon de te stimuler. Je prends ma sandale, je te couche sur mes genoux et je tape sur tes fesses jusqu'à ce qu'elles soient aussi rouges qu'une tomate bien mûre.
Je me lève pour la gifler... ou je prends mes feuilles et je vais dans la salle de bain m'installer dans la baignoire.



Là, je lis et je retiens. Dix minutes plus tard, je reviens dans la chambre. Summer a arrêté de manger et l'énorme glace est là, occupée de fondre. Je lui dis :
— Je connais.
— Bien... je te donne la réplique.
On joue et je n'oublie rien, pas une virgule, pas un point sur un i. C'est une image. Elle me dit :
— Tu peux manger ce qui reste.
Je mange la glace avec un tel plaisir que j'ai presque un orgasme. Quand il ne reste plus un microgramme de glace, de chantilly ou de caramel, je lui dis :
— Merci.
— Pour la glace ou pour t'avoir stimulée ?
— Les deux.


A suivre.

Un grand merci à Bruce Morgan, pour les super dessins.

Les tomes 1 à 5 de "Mia sans dessous" sont ici :
http://www.lamusardine.com/P31501-mia-sans-dessous-4-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes livres non illustrés, ici : https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0 …