vendredi 5 juin 2020

Un client, c'est un client.



Escorte pour les gens "différents", c'est dans "Mia sans dessous".
***
Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous". Il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

jeudi 4 juin 2020

La mémoire qui flanche

Pourquoi les bras levés, Mia ?
- J'sais plus... Soit, je regarde un match de foot sur une mini télé, soit, j'aère mes aisselles.


Si vous me donnez votre mail, je vous enverrai  "Le rêve de Mia" : comment j'ai réussi à me faire publier et à convaincre Bruce Morgan de me faire des dessins. mia.michael@hotmail.fr

Mia fouettée...

Mia fouettée par Thanos.
https://twitter.com/Thangr66


mercredi 3 juin 2020

Délicatesse


Dans mon livre, je parle de cette situation avec délicatesse, pour une fois. 
***
Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous". Il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html

mardi 2 juin 2020

Des vacances pas chères.

Voyager en faisant des petits boulots. J'avais le choix : cueillir des fruits en Australie ou faire la geisha à Kyoto.


lundi 1 juin 2020

Ashley - 15 Libre, enfin... ou pas.


Je reste six semaines à étudier et à répéter, ici. Une fois par semaine, la mère m’invite à une petite soirée esclave/chienne. A part ça, je travaille... Je n’écris pas tout ce qui se passe, à part deux jours avant mon départ. Je dois présenter l’extrait de Roméo et Juliette. C’est à ce moment qu’une sœur me dit :
— Si tu ne réussis pas, tu refais six semaines.
Des filles m’avaient déjà dit ça et il paraît que c’est écrit dans le contrat que j’ai signé. Tout sauf passer six semaines de plus ici. J’ai beaucoup répété avec Joan qui joue Roméo. On s’embrasse mais c’est tout. Elle est fidèle, la conne. Elle est aussi bien décidée à réussir cet examen. Là, j’écris en détail.
***
Ce soir on joue notre scène devant les sœurs, les élèves et des gens de l’extérieur. On est derrière la scène et on s’habille dans des vêtements qui ressemblent plus ou moins à ceux qu’on portait au 16e siècle. Une belle robe au décolleté pigeonnant pour moi, des culottes et une chemise pour Joan. Avant de monter sur scène, Joan/Roméo me prend par la taille et me dit :
— On donne tout ce soir ! Je ne veux pas passer six semaines de plus ici. Tu pleures vraiment et on s’embrasse vraiment. D’accord ?
— Avec plaisir.
Une fille vient dire :
— C’est à vous, les amoureux.
On va sur la scène dans le noir... les lumières s’allument et on joue.
       Je ne vais pas écrire toute la partie qu’on joue. Je pleure vraiment un moment... et puis vient la dernière scène. Celle que j’aime jouer avec Joan/Romeo, parce qu’elle me plaît vraiment :

- Roméo – Oh ! alors, chère sainte, que les lèvres fassent ce que font les mains. Elles te prient ; exauce-les, de peur que leur foi ne se change en désespoir.
- Juliette – Les saintes restent immobiles, tout en exauçant les prières.
- Roméo – Restez donc immobile, tandis que je recueillerai l’effet de ma prière. (Elle m’embrasse sur la bouche, comme Roméo aurait embrassé Juliette.)
- Roméo – Vos lèvres ont effacé le péché des miennes.
- Juliette – Mes lèvres ont gardé pour elles le péché qu’elles ont pris des vôtres.
- Roméo – Vous avez pris le péché de mes lèvres ? Ô reproche charmant ! Alors rendez-moi mon péché. (Elle m’embrasse encore.)
- Juliette – Vous avez l’art des baisers.


Voilà... On va sur le devant de la scène et on salue et... tout le monde applaudit. Quelles sensations extraordinaires, d’abord les baisers de Joan puis les applaudissements. J’ai les jambes molles et la tête qui tourne. Je ne vais quand même pas me trouver mal comme les femmes du 17e siècle...
Joan me donne un petit coup de coude. Je respire un grand coup et mon petit malaise disparaît. Les "sels" à respirer, ce sera pour une autre fois. On quitte la scène...
Depuis les coulisses, on entend les autres filles jouer. J’ai le blues... Pas de quitter cet endroit, parce qu’il faut beaucoup travailler, mais je me suis bien amusée avec la mère et puis j’ai vraiment appris à jouer... Non, ce qui me rend triste, c’est... Joan me dit :
— Qu’est-ce que tu as de nouveau, Ashley ?
Les larmes aux yeux, je réponds :
— Tu joues bien... on aurait pu croire que tu aimais vraiment m’embrasser.
— J’aime t’embrasser... mais... mon cœur est pris ailleurs comme on dit dans Roméo et Juliette.
— Mais, ce n’est pas ton cœur que je veux, c’est... te lécher.
Elle rit et dit :
— Les pieds ?
— Les pieds, les seins, la chatte...
— Tu te moques de moi ?
— Non, je te jure.
— Tu peux sucer mes orteils et lécher ma chatte.
Dis de cette façon ça manque de poésie, mais oui, c’est ce que je veux. Elle ajoute :
— Change de tête tout de suite alors.
Je lui fais un grand sourire. J’ai appris à passer d’une émotion à l’autre, ici. Quand toutes les filles sont passées, on se retrouve avec les sœurs... On a même droit à un verre de vin blanc de la région.
Le soir, je rejoins Joan dans son lit et je m’unis charnellement à elle. J’adore la douceur de sa peau, ses odeurs, ses goûts. Les deux autres filles allument pour nous regarder.



Dommage qu’on n’ait pas fait ça plutôt. Je fais jouir Joan en la léchant... J’en rêvais. Après demain, on se quitte mais j’ai son numéro de téléphone et je reverrai mon... Roméo.
Voilà, j’ai mon diplôme. D’accord, des études de six semaines, c’est peu. Cependant, il s’agit de six semaines de travail intensif. Je boucle mon sac et dis au revoir à tout le monde, depuis la mère jusqu’aux élèves, mais pas aux esclaves. Elles, ce sont des objets, genre ustensiles de ménage. Quand on quitte une maison, on ne dit pas au revoir au balai ou à la serpillière !
Je vais revoir Joan et la mère aussi. Elle a beaucoup de relations et c’est une amie de Sam, mon mentor et patron.
Je rends mon uniforme et je mets une de mes deux robes. Devinez qui vient me chercher : Summer. Je saute à son cou et l’embrasse... Oui, j’ai appris à montrer mes émotions. Elle me repousse en riant et me dit :
— Il paraît que tu as joué Juliette...
— Oui et j’ai pensé à vous.
— Je me demande si le personnage de Messaline ne t’irait pas mieux.
Messaline... Je ne sais pas qui c’est et je préfère ne pas le lui demander. Je lui dis :
— Où va-t-on ?
— On doit passer au studio. Il y aura tous les gens concernés par le film. Ils veulent te faire jouer dans un film rapidement, un grand rôle... mais tu devras étudier ton texte et être en forme. Après la soirée à Venice, Monsieur Sam m’a tiré les oreilles...
— Et vous lui avez tiré une balle dans le ventre plus une dans le genou.
Elle rigole et répond :
— Je ne tue pas mes employeurs, ce serait contre-productif.
— Je peux vous tutoyer ?
— Bien sûr, sotte.
— Tu resteras avec moi ?
— Ce n’est pas prévu...
— Je te paierai.
— T’es fauchée, petit singe.
— Je vous ferai une reconnaissance de dette de 1000 $
— Putain, t’es cinglée... On verra ce que va dire Monsieur Sam.
On arrive à Hollywood, puis devant les studios : c’est immense. Il y a un immeuble de... 20 étages au moins et tout autour, des hangars blancs. Summer me dit :
— On tourne une série de films et de feuilletons en même temps.
Les studios s’appellent "World First Medias". Oui, ça veut tout dire. Deux gardes sont à l’entrée. Ils sont sans doute prévenus de notre venue, car ils ouvrent la grille en saluant. On se gare au sous-sol de l’immeuble. Ensuite on prend un ascenseur extérieur. Ouch ! Le plancher est transparent et je vois le sol s’éloigner sous mes pieds à toute vitesse. Je me serre aussitôt contre Summer. Elle me dit :
— Là-haut, ne fais pas trop la gamine.
Eh ! Je viens de la campagne, moi, j’ai pas l’habitude des ascenseurs de science-fiction. Bon, ça va, on survit. On arrive au dernier étage, c’est-à-dire... dans une forêt tropicale ! Il y a des arbres, des plantes et même des oiseaux. Pourvu qu’il n’y ait pas de jaguar. Plutôt que de dire à Summer "Mais c’est quoi, ce truc de dingue ?" je joue les blasées : on prend un ascenseur et on arrive dans une forêt : normal... Elle me dit quand même :
— Ferme la bouche, Ashley et suis-moi !
Oui, bon, pas si blasée que ça. Heureusement, il y a un sentier, pas besoin de machette. On arrive dans une petite clairière, là, sous une toile blanche il y a cinq personnes assises autour d’une table : Sam, mon patron et producteur, Monsieur Leyssens, mon agent et le meilleur d’Hollywood, donc du monde. Il y a aussi un grand type maigre et une femme d’une quarantaine d’années, belle brune, bien habillée et qui a des bijoux coûteux. À côté d’elle, il y a ce qui me semble être une esclave, parce qu’elle a le collier des esclaves autour du cou. Elle est pieds nus comme beaucoup d’esclaves, mais elle a des bijoux en or, y compris un anneau à la cheville. Au lieu d’être nue, elle est vêtue d’une tunique qui découvre un sein comme en portaient les Romaines. Summer me donne un coup de coude. OK, je ferme ma bouche et je vais embrasser Sam et Monsieur Leyssens et puis les autres, même l’esclave. Ils ont l’ait très surpris de ces baisers. Chez nous, à la campagne, on s’embrasse. Par contre, Summer leur dit bonjour, mais ne leur serre même pas la main. Sam lui dit :
— Merci Summer, tu peux nous laisser.
Je réponds très vite :
— Je l’ai engagée.
Tête des gros bonnets ! Ben quoi, je peux engager une mercenaire, non ? La femme bien habillée dit à Summer :
— Elle joue un rôle, là, ta copine ?
— Non Madame Wolf. Elle est très... spontanée.
— C’est amusant...
Sam dit :
— On en reparlera. Ce sera peut-être utile que Summer s’occupe d’elle à voir à quel point elle est... spontanée.
Puis à moi :
— Il paraît que tu as été très bonne dans la scène de Roméo et Juliette. Ça a presque fini par une étreinte sur scène.
— Non, ça, c’était après dans la chambre.
Je les cueille à nouveau... ben oui, j’ai de la répartie, on me l’a dit en impro. Monsieur Sam me dit :
— Tu vas nous montrer ça. Tiens, Summer, tu feras Roméo.
Chouette ! Il lui tend des feuilles. Summer me dit tout bas :
— Joue en montrant ton amour pour Roméo et ta peur de le perdre, mais sans en faire des tonnes.
Elle lit, je joue.... À deux reprises, je pleure vraiment et je l’embrasse avec passion. Quand c’est fini, je regarde mon public. Et alors, ils n’applaudissent pas ? Non, ce n’est pas le genre. Madame Wolf dit :
— Qu’est-ce que tu en penses, chérie ?
Chérie, c’est son esclave. Celle-ci répond :
— Elle est belle et elle a du charisme mais il faudra la surveiller de près, c’est le genre à faire des conneries.
Oui, mais oh ! C’est les esclaves qui commandent maintenant ? Y a pas un fouet dans le coin ? Spencer approuve :
— Tout à fait d’accord, il faut la contrôler.
Madame Wolf répond :
— Je vous avais dit que ma chérie était perspicace. Elle juge tout de suite les gens.
Les autres approuvent. Je dois juste penser à une chose : je vais faire du cinéma et j'aurai peut être, un premier rôle.

A suivre.


Les tomes 1 à 5 de "Mia sans dessous" sont ici :
http://www.lamusardine.com/P31501-mia-sans-dessous-4-morgan-bruce-michael-mia.html

Mes livres non illustrés, ici : https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0 …



Une peine légère...

Téléphoner au volant, c'est 6 mois de travaux d'intérêt général, au service des sdf. Et c'est dans "Mia sans dessous".       

Dessin de Bruce Morgan pour "Mia sans dessous". Il y a des centaines de dessins de lui dans dans nos 6 livres.
http://www.lamusardine.com/P32760-samia-fille-du-voyage-morgan-bruce-michael-mia.html