mardi 10 avril 2018

Samia - 5


Sur la route.

 Samia.
 *****
   La bonne me dit:
   — Merci et bon voyage, Mademoiselle.
    Entendons-nous, je n'ai pas fait ça par intérêt pour la bonniche, mais pour tester mon pouvoir sur Julien. On redescend. Son père nous attend. Qu'est-ce qu'il a décidé, le gros? Il donne des billets à Julien en disant:
   — Voilà ta semaine.
   Sa semaine? Il n'a plus 12 ans, quand même! Enfin si, par certains côtés. Julien me donne aussitôt l'argent. Bien... Je dis au père:
   — Au revoir, Monsieur. On sera là dans un mois, pour les préparatifs du mariage.
   Je dis à Julien:
   — Va dire au revoir à ta mère.
   — Oui, Samia.
 Quand il est sorti, le père me pose la question:
   — Tu ne demandes pas d'argent?
   — Non, je veux un mari soumis, pas de l'argent. Vous me ferez un cadeau quand je le ramènerai "clean".
   — Clean, ça veut dire?
   — Désintoxiqué.
   Le père me prend par la taille et me colle à lui en disant:
   — Tu me plais, toi. Je suis sûre que tu es vénale, mais qui ne l'est pas... Si tu réussis, je te proposerai un job dans mon usine.
   — Un job intéressant?
   — Je crois...
   Et là, il m'embrasse sur la bouche. Je me laisse faire un court moment, puis je me dégage doucement en disant:
   — Beau-papa, nous ne sommes pas seuls.
   La petite bonne nous regarde en souriant, mais ça ne le dérange pas. Il me donne une claque sur les fesses en disant:
   — Tu me plais de plus en plus.
   Dès qu'on est sorti de la villa, je récupère mon sac dans la jeep et je laisse les clés sur le contact. On prend la petite route qui va vers la ville. Bien sûr, je me dis: « Mais qu'est-ce que tu fous? » N'importe quoi! Bah, on verra bien... Je ne veux pas trop réfléchir, j'agis à l'instinct, je réfléchirai plus tard.
   J'entends une voiture arriver et je fais un signe de la main accompagné d'un grand sourire. Le conducteur s'arrête. Je lui dis:
   — On va vers l'autoroute, ce serait très gentil si vous pouviez nous déposer dans la direction.
   Il est d'accord, on monte dans la voiture. L'homme habite dans la région, ce n'est pas un Parisien en week-end. Il a une quarantaine d'années et il est plutôt sympa.
    Je m'assieds à côté de lui et on parle. Non, le jeune homme n'est pas mon petit ami, c'est mon demi-frère. C'est un tout petit peu plus crédible que mon frère, étant donné que j'ai des cheveux presque noirs et la peau ambrée, je suis la nuit, tandis que Julien est blond et pâle comme... la lune. Je remonte un peu ma robe rouge et la main du chauffeur s'égare sur mes cuisses. Je lui dis:
   — Vous pourriez peut-être nous déposer au péage de l'autoroute, M'sieur...
   — C'est que...
   Je prends sa main et la remonte jusqu'aux poils de ma chatte. Il me jette un rapide coup d'œil et dit:
   — D'accord...
   Je le laisse un peu jouer avec ma chatte, ça ne mange pas de pain. Au contraire, ça fait plaisir à tous les trois: ma chatte, lui et moi. Pourquoi dépenser de l'argent pour un taxi alors qu'on peut demander à des gens de vous déposer.
   Mon chauffeur peloteur nous amène au péage. Je lui donne un baiser et on sort de sa voiture. En descendant, je me trousse pour lui montrer mes fesses. Le pelotage, c'est le prix de la course, la vue de mes fesses c'est le pourboire!

   Je laisse passer quelques voitures immatriculées dans la région. En voyant arriver un petit autocar, je m'avance avec mon plus beau sourire. Merde! Il ne s'arrête pas. Ah, si. Il s'arrête un peu plus loin. Je crie à Julien:
   — On court.
   J'arrive à la portière du conducteur. Il baisse sa vitre et je lui dis:
   — Mon frère et moi, on va vers le Sud...
   — Montez. Les prêtres veulent bien vous prendre.
   Les prêtres?? Je fais le tour et on monte. Les passagers sont tous des gens d'un certain âge. Ils nous sourient, moi aussi. Dans le fond du bus, il y a deux prêtres... en soutane! Je leur dis:
   — Bonjour. Merci beaucoup de nous prendre.
   Un des prêtres est un gros homme chauve, ou alors on lui a raté la tonsure. Il a le nez assez rouge. J'ai l'impression qu'il doit abuser du vin de messe. À côté de lui, je découvre un prêtre beaucoup plus jeune. Le gros ecclésiastique nous dit:
   — Soyez les bienvenus, mes enfants... Ne soyez pas surpris de nous voir en soutane, nous sommes des intégristes et nous allons à un congrès à Marseille.
   — Oh, c'est une chance mon Père, nous allons aussi à Marseille.
   — Dieu nous a mis sur votre chemin, ma fille. Je me présente: père Martin, curé de Varennes-en-Argonne et voici le Père Lucas, curé de Stenay.
   Je réponds bien poliment:
   — Enchantée. Moi, je m'appelle Samia et mon demi-frère, Julien.
   J'ajoute un peu plus bas:
   — Il est un peu demeuré.
   Vu la tête d'ahuri qu'il fait pour le moment, c'est très crédible.
   À l'arrière, il n'y a qu'eux deux et un homme âgé dormant appuyé contre la fenêtre. Le père Martin est sympa. Il nous explique la raison de son intégrisme. Franchement, ça me saoule, mais je fais semblant d'être passionnée. Ils emmènent des retraités catholiques de la région des Ardennes passer quelques jours dans une maison mise à leur disposition par Monseigneur l'Évêque.
   De mon côté, je lui raconte un peu n'importe quoi. On était en vacances chez des cousins au Crotoy, mais mon frère rêve de voir la Méditerranée. De mon côté, j'ai eu une pneumonie et j'ai beaucoup prié Sainte Sara pour guérir, alors je voudrais aller aux Saintes-Maries-de-la-Mer pour la remercier. Belle petite histoire, non? En plus, c'est vrai, je veux remercier Sainte Sara, mais de m'avoir dégotté Julien. Il me demande:
   — Tu es une gitane?
   — À moitié mon père, ma mère est une Rom.
   — Ce n'est pas un peu dangereux de faire du stop quand on est une fille aussi belle que toi et qu'on a une robe aussi courte?
   — Je prie tous les jours le Seigneur pour qu'il nous protège... Nous ne sommes pas riches, on ne peut pas se payer le voyage en train.
   Le père Lucas intervient dans la conversation:
   — J'espère que vous restez sérieuse, mon enfant.
   En disant ça, il a tout à coup un petit air lubrique qui me semble de très bon augure. Je réponds:
   — Parfois oui, parfois non, mon Père. Je dois parfois faire certaines choses pour avoir de l'argent, afin d’acheter des médicaments pour mon frère épileptique. Comme on dit: " nécessité ne connaît pas de loi "
   Je pousse un peu pour avoir les larmes aux yeux, mais en réalité, j'ai plutôt envie de rire. Heureusement, Julien a pris une mine de circonstance.
   Le père Martin soupire, puis me répond:
   — Comme vous avez raison, ma fille... On est parfois obligé de faire certaines choses. Si je vous disais...
   Là, il baisse la voix:
   — Si je vous disais que le père Lucas et moi-même commettons parfois le péché de chair, mais nous nous confessons... l'un, l'autre.
   Ben voyons... Je sens qu'on va s'entendre comme larrons en foire, les pères et moi. On discute encore un peu. Il me dit qu'on va voyager toute la nuit et qu'on sera à Marseille demain, en fin de matinée. Ils ne vont pas à l'hôtel, car ils n'ont pas un gros budget pour emmener les pensionnés en vacances. 
   Je remarque la montre du Père. Je lui demande:
   — Oh! vous avez une Rolex, mon Père?
   — Oui... euh... un cadeau d'un de mes paroissiens, certainement une fausse.
   Je prends son poignet et je regarde attentivement sa montre en disant:
   — Non, non, c'est une vraie Rolex.
   — Vous croyez? Comment voyez-vous cela?
   — Parce que l'aiguille des secondes est fluide, elle semble flotter sans à coup. Les aiguilles des secondes des fausses ont un mouvement saccadé.
   Ils sont impressionnés par mon explication. Il faut dire que j'ai déjà eu quelques Rolex dans les mains, quand... euh... passons.
   On s'arrête à une station d'essence pour faire pipi et manger. Le père nous conseille un sandwich. Julien a vraiment l'air à côté de ses pompes. Il faut dire que je le désintoxique à la dure: pas de joints, pas de coke et même pas d'alcool... C’est moi, sa drogue!
   On choisit des sandwichs et des bières. Dès qu'il a vidé sa bouteille, Julien me demande:
   — Je peux avoir une bière de la région? S'il te plaît, Samia. Je... ça me fait du bien, juste une s'il te plaît.
   J'adore quand il me supplie comme ça. Je le laisse un peu attendre. Si on était seul, je le ferais ramper et lécher les semelles de mes chaussures. Je finis par lui répondre:
   — C'est trop cher.
   Le père Lucas lui donne une pièce en disant:
   — Tiens, va chercher ta bière.
   Julien prend la pièce en remerciant, mais il me regarde... je vais dire, peureusement. Genre: « Je peux? » Je lui fais un petit signe de tête et il bredouille:
   — Merci Samia.
   Il va acheter ce qu'il y a de plus fort comme bière de la région. J'adore le contrôler. Le père Martin me fait remarquer:
   — Tu es sévère avec lui.
   Aah, on se tutoie? Je réponds:
   — Il a tendance à trop boire et il n'a pas fini sa croissance (surtout du côté de sa bite!). Je fais ça pour son bien.

   On parle encore un peu... de moi. Ils me font des compliments, je suis si belle, et puis mes yeux noirs et puis mes... Comme ils louchent dans mon décolleté, je propose:
   — Mes nichons?
   Ils pouffent comme des collégiens.
   — Oui... Vous êtes une très belle jeune femme.
   Le conducteur vient nous dire qu'on doit repartir. On remonte dans le car et on va s'asseoir à l'arrière. Il y a un retraité, le Père Lucas, moi, le Père Martin et Julien. La nuit tombe et dans la pénombre, la main du père Martin s'égare sur mes cuisses. Je le laisse faire. C'est un prêtre, après tout. Il fait de plus en plus sombre dans l'autocar. Tout le monde dort ou somnole ou fait semblant. Le père met ma main sur la bosse qui déforme sa soutane et me dit à l'oreille:
   — Ma chère enfant, jouons cartes sur table. J'ai envie de toi et tu n'es manifestement pas une oie blanche. Quatre cents francs pour une pipe au père Lucas et à moi.

  À suivre.

   Un tout grand merci à Bruce Morgan pour les super dessins
         
"Mia sans dessous" tome 1, 2, 3 et 4 sont ici.
http://www.lamusardine.com/P31501-mia-sans-dessous-4-morgan-bruce-michael-mia.html … …
Mes livres, ici :
https://www.amazon.fr/Mia-Michael/e/B01MRVYT44/ref=ntt_dp_epwbk_0 …

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire